- Les croisades vues par les historiens arabes; -

 

 

 

LES CROISADES

VUES PAR LES AUTEURS ARABES

(XIe-XIIIes.)

 

 

Ahmed DJEBBAR

 

Professeur Émérite d’Histoire des Sciences

Université des Sciences et des Technologies de Lille

 

 

 

Le phénomène des Croisades a opposé deux mondes qui se distinguaient sur les plans religieux, économiques, culturels et scientifiques. 

La conférence présentera ces grands évènements qui ont occupé plus de deux siècles, en tenant compte, à la fois, des visions et des analyses des deux camps qui étaient en présence. 

Elle évoquera aussi les initiatives qui allaient à contre-courant des affrontements militaires et idéologiques, en particulier dans le domaine du commerce et dans celui des activités scientifiques. 

 

 

 

 

Les croisades
 

 

 
      

Pèlerinage armé, la "croisade" fait la synthèse entre le "pèlerinage à Jérusalem" – lequel vaut rémission des péchés – et la "guerre juste" contre les ennemis de l'Église. Pour le pape, c’est aussi le moyen de rassembler sous la bannière de l’Église la chevalerie d’Occident et d’imposer sa prééminence sur toute la chrétienté. Huit croisades se sont succédé entre 1095 et 1270, engageant plusieurs centaines de milliers de chrétiens.
    

      Quatre États latins en Orient
   

En 1095, l'empereur byzantin sollicite l'aide militaire de mercenaires occidentaux contre les Turcs. Au même moment, des récits de mauvais traitements qu'auraient subis les pèlerins en route vers Jérusalem se répandent. Au concile de Clermont, le pape Urbain II (1042-1099) décide alors de prêcher la croisade, promettant la remise de pénitence à tous ceux qui endosseront la "croix" du Christ pour reprendre le Saint-Sépulcre aux musulmans. Cet appel remporte immédiatement un très grand succès, autant auprès des chevaliers que des classes populaires, galvanisées par des prédicateurs comme Pierre l'Ermite (1050-1115). Certains de ces groupes s'en prennent aux communautés juives des villes qu'ils traversent mais plusieurs seront dispersés en route. Seules les armées constituées arrivent à Constantinople, en 1096. L’année suivante, elles se dirigent vers la Syrie. La croisade se transforme alors en une véritable entreprise de conquête.
Dès mars 1098 sont fondés le comté d'Édesse et la principauté d'Antioche. Puis les croisés s’emparent de Jérusalem qu’ils mettent à sac l’année suivante. Ils conquièrent l’ensemble du pays et des ports du littoral. Godefroy de Bouillon (1061-1100) prend la tête du royaume de Jérusalem, Raymond de Saint-Gilles (1042-1105) celle du comté de Tripoli. 

      L'offensive de Saladin
      Les exactions commises par les croisés émeuvent les musulmans et l’Islam se mobilise, stimulé par la menace chrétienne. En outre, les États latins occupent le littoral méditerranéen et gênent la Syrie dans ses relations économiques. L’émir Zengî (1084-1146) reprend la lutte et prône le rassemblement des musulmans pour défendre l’islam : c’est l’appel au djihad. Il s'empare d'Édesse en 1145. Ce revers important conduit quelques mois plus tard à une deuxième croisade. C’est un échec : le comté d'Édesse est définitivement perdu en 1151.
Chargé du gouvernement de l'Égypte et de la Syrie à partir de 1175, l'émir Saladin (1138-1193) se fait le champion de la guerre sainte. Il multiplie, à partir de 1181, les raids destructeurs puis écrase l'armée chrétienne en 1187 à Hattin. Peu après, Jérusalem est à nouveau aux mains des musulmans.
    
     
    
      La chute de Jérusalem
      Dès que la nouvelle du désastre est connue en Occident, le pape décide d'appeler à une nouvelle croisade. Saladin est défait. Une trêve, conclue en 1192, laisse la côte aux chrétiens et garantit la liberté de pèlerinage à Jérusalem. La troisième croisade empêche donc l'effondrement total de la Syrie "franque". Mais la plus grande partie des territoires conquis un siècle plus tôt est perdue.
Le pape Innocent III (1160-1216) ordonne la prédication d'une quatrième croisade. Elle est détournée de son objectif au profit des Vénitiens. L’expédition se termine par la prise de Constantinople, mise à sac par les croisés en 1204, alors que Jérusalem reste aux mains des infidèles.
    
      Dernières croisades
    Les autres croisades, mal dirigées, sont compromises par les divisions entre les chefs chrétiens. Les derniers fiefs latins résistent jusqu'aux attaques des Mamelouks d'Égypte. 
La huitième croisade, dirigée par Saint Louis (1214-1270), assiège Tunis au lieu de se porter vers la Terre sainte. Le roi de France meurt en Afrique et les derniers territoires latins d'Orient tombent les uns après les autres. Seule Chypre demeure chrétienne. À la fin du XIIIe siècle, l’élan religieux des premières expéditions a totalement disparu.
    
      Quel bilan ?
      Au-delà des expéditions militaires et de leur échec final, les croisades ont été l’occasion d’échanges multiples entre des mondes étrangers. Les zones de contact – l’Espagne, la Sicile et la Palestine – deviennent des régions très dynamiques tant du point de vue commercial que du point de vue culturel. Cependant, les conséquences sont inégales selon les civilisations.

L’idée de croisade est restée totalement étrangère à la mentalité byzantine. Le déferlement de masses inorganisées de pauvres gens et de soldats fanatiques n’avait rien de commun avec l’appoint de mercenaires attendu par Byzance. L’incompréhension mutuelle entre Occidentaux et Orientaux conduit au sac de Constantinople lors de la quatrième croisade en 1204. La mésentente, latente depuis plusieurs siècles, s’est muée en hostilité déclarée.

À l’égard du monde musulman, les croisés sont apparus comme des ennemis et des envahisseurs. Ils sont tenus pour des barbares, ignorants et vulgaires, auxquels seule la qualité de combattants est reconnue. Le souvenir des croisades survit, jusqu’à nos jours, dans la permanence du culte des héros musulmans qui ont mené le djihad : Zengî, Nûr al-Dîn et Saladin notamment. Cet affrontement n’a toutefois pas arrêté l’expansion de l’islam : les musulmans s’emparent de Constantinople en 1453. Ils camperont devant Vienne en 1529.
    
   
    
      La communauté juive a également vécu les croisades comme une agression. Á partir de la fin du XIIe siècle, l’hostilité envers les juifs se développe en Europe. Des massacres sont perpétrés dans l’Empire germanique au départ des deux premières expéditions et tout au long des chemins. Après l’établissement des États latins en Terre sainte, les quartiers juifs subsistent, sauf à Jérusalem qui demeure interdite. De fortes redevances leur sont imposées pour alimenter les "trésors" de croisade. En 1215, le port d’un signe distinctif devient obligatoire...

En revanche, pour l’Occident, les bénéfices, autant matériels que culturels, semblent énormes. L’Europe a déjà réalisé au début du XIIe siècle de remarquables progrès dans les domaines technique, économique et militaire. Son expansion est le résultat de cette importante mutation. En dépit de l’échec apparent des croisades, l'essor de l'Occident est désormais irréversible et sa prédominance sur la Méditerranée incontestée.
La présence d’États latins en Orient a entraîné des transformations sociales, politiques et administratives. Des ordres religieux militaires, les hospitaliers et les templiers, sont chargés de protéger les pèlerins en route pour la Terre sainte. Ils ont transformé, agrandi, embelli les sanctuaires existant à Jérusalem, Nazareth ou Bethléem. Leur influence marquera longtemps l’Occident.


Djebbar, Ahmed

Université du temps libre du Pays de Concarneau - 26 Rue du Maréchal Foch – 29900 CONCARNEAU.