- Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle? -

François Loth est docteur en philosophie. Il  est chercheur associé à l’université de Rennes1. Sa thèse, sous la direction de Frédéric Nef, défend une solution métaphysique au problème de la causalité mentale. Il enseigne l'épistémologie à l'INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Rennes. 

Auteur d'articles dans des revues spécialisées, il se consacre à la traduction de textes fondateurs en métaphysique et en philosophie de l'esprit. Il prépare actuellement un ouvrage sur l’ontologie des propriétés mentales. 

Désireux de faire sortir la philosophie du milieu universitaire, il collabore à l'UTL de Rennes et est rédacteur depuis 2007 d'un blog en philosophie de l'esprit "Métaphysique, Ontologie, Esprit".

Le cerveau, composé d’un tissu mou et d’une texture gélatineuse, est l’organe de notre pensée et le siège de notre conscience et de notre intelligence. Depuis la Renaissance, l’être humain entretient un fantasme, celui de construire des machines qui imitent le cerveau humain. La machine à calculer et l’ordinateur sont des produits de ces tentatives et aujourd’hui ces technologies s’accompagnent d’intelligence artificielle. Mais que signifie pour une machine « être intelligente » ? Est-il possible qu’une machine pense ? Les progrès en intelligence non biologique peuvent-ils nous faire penser qu’un jour les machines deviendront plus intelligentes que nous ?

 




Loth, François

Université du temps libre du Pays de Concarneau - 26 Rue du Maréchal Foch – 29900 CONCARNEAU.